prevnext
Menu

Actualités la guinguette

C’est la reprise des soirées autour du vin à la Guinguette! 

==> Jeudi 17 Novembre, on fête le beaujolais. Il y aura du Beaujolais nouveau mais pas que.. Jean Folliard, Rémy Dufaitre, Marcel Lapierre, Karim vionnet etc.. Tous ces domaines vous seront proposés au verre, avec un menu Beaujolais.

==> Vendredi 8 décembre, soirée accord mets et vins autour de vieux millésimes de Savoie, et rencontre avec vignerons et producteurs.

Pendant le mois de Novembre, on vous fait découvrir étape par étape nos rencontre avec les vigneron de Savoie que nous avons choisi d’aller rencontrer pour notre soirée du 8 Décembre.

Etape 3: Béatrice et Louis Magnin à Arbin 

Notre périple continue, toujours dans la Combe de Savoie

Et c’est cette fois du côté du magnifique terroir d’Arbin que nous nous sommes rendus, chez un couple de vignerons que l’on ne présente plus : Béatrice et Louis Magnin !

Grands spécialistes des cépages savoyards, c’est depuis bien longtemps que les Magnin ont cru au potentiel de la Roussette, de la Mondeuse et du Bergeron.
Ils exploitent ainsi 8 ha repartis en multiples parcelles. Ici point de produits chimiques, cela fait des années qu’ils travaillent selon les préceptes de la biodynamie et du bon sens paysans.
Certaines de leurs vignes ont plus de 100 ans et il faut une fois dans sa vie d’épicurien avoir eu le privilège de goûter d’anciens millésimes pour saisir le potentiel de garde que peuvent avoir leurs vins.
Et nous avons été servis : ce n’est pas moins de 20 millésimes de Bergeron que Béatrice prend plaisir à nous faire découvrir les uns après les autres. Il est vraiment impressionnant de déguster le fruit de 20 ans de travail et de passion, de réaliser à quel point lorsqu’on travaille dans son sens, le terroir parle! A l’aveugle, certaines cuvées peuvent en remontrer à bien des Hermitage Blancs.
Béatrice nous explique même avoir un jour piégé Olivier Poussier (meilleur sommelier du Monde 2000), en lui faisant goûter à l’aveugle un Bergeron 94….. le sommelier était persuadé de goûter un Batard Montrachet….
Et que dire de ces mondeuses qui fleurent bon les meilleures Côtes Rôties…. Rien n’est plus sur la Savoie n’a vraiment pas à rougir de ses vins!

Etape 2: Domaine Prieuré Saint Christophe-Michel Grisard,

à Fréterive

Grisard, ce précurseur
C’est une route qui serpente les vignobles de Fréterive, pour venir s’échouer sur les hauteurs, à l’ombre d’une dernière bâtisse savoyarde.  Celle de Michel Grisard. Un sourire. Un bonhommie. Et un amour viscéral pour les vins de Savoie. Cette histoire avec la vigne, c’est celle de ses racines. De son père, qui l’avait entraîné dans cette passion, avant de partir subitement en 1972. Michel avait 23 ans. Et se lance avec ses deux autres frères dans la reprise de la ferme familiale avant de tracer, de son côté, son propre destin. La pépinière viticole pour commencer. Avant de se consacrer corps et âme pour le vin. « J’avais un hectare de Mondeuse au départ, c’était juste pour vivre », avoue celui qui pariendra, au fil des années et des millésimes, à faire comprendre « que l’on peut faire de grands vins avec la Mondeuse. »
« Le vin s’apprend, mais il y a tout le reste. Ce qui se passe dans les tripes » 
Croire à la Mondeuse, comme son père avant lui. Et ajoute sa touche personnelle, en étant un précurseur dans la biodynamie. Une autre manière de penser la vigne. Michel Grisard, agitateur d’idées. Précurseur. Maître dans l’art de redonner vie à des vignobles oubliés. Abandonnés. Pour, au final, installer ses bouteilles sur les plus grandes tables, du Ritz au Crillon, des Flocons de Sel (Megève). Marc Veyrat parle de lui comme du « pape du vignoble français ». Un pape à la modestie certaine. Eperdument passionné par la biodynamie. Par sa terre. Par cette histoire avec la vigne qui ne cessera jamais. « Le vin s’apprend, mais il y a tout le reste. Ce qui se passe dans les tripes ». Ce for intérieur, où bat son amour éternel pour le vin.
Avis des sommeliers et du cuisinier:

En tant que jeunes sommeliers et cuisinier, amoureux des produits de notre région, c’est avec un immense plaisir et beaucoup d’humilité que nous nous sommes rendus à la découverte des vins de Michel Grisard.

La dégustation est intense, chaque cuvée est une réelle surprise.

En blanc l’altesse 2013 est déconcertante de par son équilibre, sa complexité aromatique et sa puissance. Le potentiel de garde est impressionnant.

Nous dégustons trois mondeuses (2004, 2005, 2006) très différentes, toujours d’une grande finesse. On passe d’un style très rhodanien encore juteux et poivré à des notes délicates d’évolution où les champignons et les sous bois inspirent notre cuisinier.

Un moment d’introspection face à la qualité et au potentiel de ses vins rares…

Etape 1: Le domaine Dupasquier à Jongieux 

C’est la rencontre de 4 jeunes passionnés par le vin et la gastronomie, avec des spécialités différentes, Corentin et Thibaut sommeliers, Joris cuisinier et Benoit journaliste, qui va faire naître une idée.

Une idée et une envie, partir à la découverte de ces vigneron(e)s qui depuis longtemps se battent pour proposer une idée de qualité des Vins de Savoie.

Et pour cela, prouver que cette région peut produire de très beaux vins de garde en organisant une soirée autour de vieux millésimes.

Pour accompagner ces jolis flacons, Joris va concocter au fur et à mesure un menu en accord. Ce n’est pas le vin qui s’adaptera aux plats mais l’inverse !

Et pour que la boucle soit complète, Benoit va les accompagner à la rencontre des vignerons au sein de leurs domaines, suivre les dégustations et sélections des vins, d’un œil extérieur.

Pour débuter, direction Jongieux et le coteau de Marestel, chez la famille Dupasquier.

C’est par une matinée humide,  que nous arrivons au hameau d’Aimavigne, au milieu des vignes couleur d’automne. Le soleil nous fait don de quelques percées qui illuminent les pentes abruptes plantées d’Altesse.

Véronique nous fait découvrir l’ensemble de leur production, avec une gamme assez large dans les 3 couleurs.

C’est leur fameuse Roussette de Marestel qui focalise notre attention, et, après la dégustation de plusieurs millésimes au profil très différents les uns des autres, c’est sur le 2011 que nous arrêtons notre choix. Le profil de ce vin amène Joris à travailler sur un dessert, pourquoi pas à base de poires…

Prochaine étape, la combe de Savoie, à la découverte de deux domaines singuliers et fers de lance des vins de notre belle région.

Déroulement de la soirée :

De 19h à 20h30, dégustation de vin du Domaine du Petit Août dans les Hautes Alpes, rencontres avec nos partenaires vignerons, fromagers, maraîchers.

20h30, repas accords mets et vins avec les cuvées sélectionnées au fil de notre périple.

Plus d’informations sur le menu très prochainement

*****

La Guinguette récompensée à Paris 

(lire l’article ici)

*****

Concert à panissage

Réserver au : 04.74.88.27.43